Chroniques

Par Daniel Paquet

Depuis le début, je me demande qui est la bolle qui a dit à madame Marois «Vas-y, Pauline, c’est le temps où jamais». Et depuis le début, je me dis que jeux veux être à la porte du bureau de chômage quand cette bolle déchue va s’y présenter sur son âne, encore enrobée de goudron et de plumes.

 Mais plus j’y pense, plus je me dis que cette bolle, c’est Pauline elle-même.

 Oh, elle planifiait un scrutin printanier… elle et ses bonzes y travaillaient sûrement, quotidiennement, minutieusement, dans le but de tenter d’obtenir leur majorité avec le dégel.

 Et là, les caquistes et les libéraux les ont convoqués, elle et son invisible conjoint Claude Blanchet, en commission parlementaire pour répondre aux questions de l’opposition sur le «DEAL».

 Et ce fut la panique.

 Si on attendait une journée de plus, la Première se voyait obligée d’ouvrir aux yeux de tous son panier de linge sale.

 Elle a donc appelé des élections.

Précipitamment.

 Tellement vite qu’on a refusé de répondre aux médias la première journée.

 Tellement vite qu’on en a oublié de mettre de l’avant la charte, pourtant incontournable, base péquiste de toute élection gagnante dans ce Québec divisé.

Ça a pris deux semaines pour qu’on s’en rappelle.

 Tellement vite qu’on a accordé derrière portes closes à Pierre Karl Péladeau le titre de Capitaine Québec, mettant ainsi entre les mains d’un riche héritier qui n’avait jamais fait de politique active les rennes de la campagne, ce qui a fait déraper une élection déjà bien mal partie.

 Tellement vite qu’entre deux débats, on a sorti les vieux livres d’histoires à la page 1995, et on a eu la brillante idée d’inventer une invasion d’étudiants ontariens qui veulent prendre le contrôle du Québec.

 

Regardez aller le PQ:

Vraiment, la panique est bien mauvaise conseillère!

{ 0 comments }

Museler la bête

by Pierre Simard February 8, 2014 Read the full article →

Le « Cirque Drainville » est en ville

by Philippe David February 3, 2014 Read the full article →