Université catholique américaine sous enquête : un cours décrit l’homosexualité comme déviance

by Pour une école libre

L’université franciscaine – et donc catholique – de Steubenville, dans l’Ohio, fait l’objet d’une enquête de la part de l’agence nationale de l’Administration américaine chargée d’agréer les cursus universitaires de « travail social » au motif que l’un des cours dispensés dans cette université présente l’homosexualité au nombre des comportements déviants.

C’est sur délation d’un groupe d’étudiants qui s’appellent eux-mêmes les « Franciscan Gay Alumni and Allies » que l’enquête a été lancée ; le groupe réclame une modification du cours afin que l’université « cesse de contribuer à la culture de haine et d’ignorance ». Le cours en question est intitulé : « Comportements déviants ». Il se penche sur le meurtre, le viol, le vol, la prostitution, l’homosexualité, la maladie mentale et l’usage de stupéfiants. En outre, le groupe demande que l’université révise l’ensemble de ses intitulés de cours et « passe en revue tout son programme en vue d’en ôter toute information et enseignement sur ce sujet qui seraient dépassés et qui ne seraient pas étayés par des éléments scientifiques solides ».

Des porte-parole de l’université ont souligné que le mot « déviant » est utilisé au sens sociologique, c’est-à-dire « différent de la norme », et précisent que, conformément à ce qu’enseigne l’Église, elle « traite les personnes homosexuelles avec “ respect, compassion et tact ” (catéchisme de l’Église catholique, n° 2358) tout en considérant les actes homosexuels comme “intrinsèquement désordonnés” ». Les porte-parole ajoutent que l’intitulé du cours résume les têtes de chapitre telles qu’elles apparaissent dans le même cours de nombre d’autres universités, laïques ou confessionnelles. Le directeur de l’agence d’agrément de la Université franciscaine de Steubenville, Stephen Holloway, qui pressé de questions par un organisme catholique (Lifesite) a quelque peu édulcoré l’affaire, indique que l’enquête a été lancée dans la mesure où chaque plainte d’étudiants est a priori prise au sérieux. Il a précisé que le titre du cours ne suffirait pas à faire retirer l’agrément mais que son contenu serait passé au crible pour juger de sa conformité avec les « critères de diversité » inclus dans les conditions d’agrément : il faut et il suffit d’« enseigner le respect pour les personnes homosexuelles et des contenus à propos des styles de vie homosexuelle », a-t-il précisé. Bref, on ne peut qu’approuver l’homosexualité.

De son côté, l’université a fait cette déclaration : « Nous comprenons que certains, ne comprenant pas le terme (déviant) ni son contexte, puissent se sentir offensés par cette description, et celle-ci est en cours d’évaluation. Cependant, changer les définitions sociologiques standardisées est au-delà du champ de notre travail. Comme l’est tout autant le fait de changer les enseignements de l’Église catholique. » Il semble bien qu’on veuille empêcher l’Église catholique de dire ce qu’elle a toujours dit sur le comportement homosexuel.


Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

{ 1 comment… read it below or add one }

Rafla December 10, 2012 at 3:50 pm

On vit dans un monde diabolique Charlie, que tu le veellius ou non! Il y a ceux qui font de l’argent avec et ceux qui en crevent. Citation que je viens de recup dans le film 7h58 Ce matin la et que je trouvais e0 propos. J’aime toutes ces petites phrases qui trainent un peu partout dans la mass-culture et qui me semblent loin des paroles de sages

Reply

Leave a Comment

Current day month ye@r *

Previous post:

Next post: