Lisée, prise 4: la productivité des Québécois

by David



Dans son dernier livre, Jean-François Lisée s’est donné la difficile tâche de mettre la droite K.-O. en 15 arguments. Pour vérifier si tel est le cas, voici une série de billets qui reprend chacun des arguments avancés par Lisée pour en vérifier la validité. Attention, car la gauche est sur le point d’encaisser une droite !

Affirmation #4 de Jean-François Lisée: la droite ment quand elle affirme que les Québécois ne sont pas productifs. Selon Lisée, le Québec se compare avantageusement aux autres côtés productivité.

Pour parvenir à cette conclusion, Jean-François Lisée s’adonne à une séance intensive de cherry-picking qui est tout simplement honteuse. En effet, celui-ci prétend pouvoir mettre la droite K.-O. en analysant uniquement la croissance de la productivité dans les provinces canadiennes pour l’année 2009. Selon ces chiffres, le Québec se classe premier.

Deux problèmes avec cette analyse. Premièrement la croissance de la productivité ce n’est pas la même chose que la productivité. Par exemple, si la croissance du PIB chinois est quatre fois plus élevée que la croissance du PIB américain, cela ne signifie pas que les Chinois sont quatre fois plus riches que les Américains. Ensuite, il y a l’année de référence, pourquoi avoir limité l’analyse à l’année 2009 seulement ? Parce que c’était la seule année où le Québec avait bien performé ? Une analyse sérieuse aurait dû se faire sur une période beaucoup plus longue.

Voici donc comment se compare le Québec aux pays les plus riches de l’OCDE et aux neuf autres provinces canadiennes. Contrairement à Jean-François Lisée, je vais étendre mon analyse sur la période la plus longue pour laquelle des données sont disponibles, soit de 1997 à 2010:

Lisée Droite

Si on analyse la situation dans son ensemble au lieu de faire du cherry-picking, force est de constater que le Québec est à des années-lumière du portrait rose bonbon dessiné par Jean-François Lisée.  Selon la gauche, le Québec est dans le peloton de tête alors que dans la réalité, le Québec est dans la cave du classement, une situation catastrophique.

Petit aparté…  Dans les pages du Devoir, Louis Cornellier a encensé le livre de « Super Lisée » qui selon lui terrasserait la droite.   Des livres de Joanne Marcotte et Éric Duhaime, il dira que ces ouvrages se contentent de balancer des chiffres mal contextualisés. Quand on voit à quel point Lisée a torturé les chiffres sur la productivité pour leur faire dire ce qu’il voulait, je me demande bien qui est coupable d’avoir présenté des chiffres « mal contextualisés »…

Mais comme je l’ai expliqué dans l’introduction, il faut distinguer la croissance de la productivité de la productivité elle-même.  Voici comment se compare le Québec aux pays les plus riches de l’OCDE et aux neuf autres provinces canadiennes:

Lisée Droite

Encore une fois, le Québec accuse un retard important et vu la croissance anémique de notre productivité, le Québec risque de dégringoler encore plus dans le classement pour les années à venir…  Il est désormais envisageable de voir les provinces maritimes nous dépasser un jour…

D’ailleurs, voici ce que dit le « Centre sur la productivité et la prospérité du Québec » des HEC à propos de la productivité québécoise dans son dernier rapport:

Centre sur la productivité et la prospérité du Québec
Productivité et prospérité au Québec: Troisième édition

« Après trois ans de veille et d’analyse, un constat s’impose : si le niveau de vie au Québec traîne la patte derrière les principaux pays industrialisés, c’est essentiellement parce que la productivité du travail n’y croît pas assez rapidement, affirme Robert Gagné, directeur du Centre. Loin de se réduire, les écarts observés se sont même accrus au cours des 30 dernières années. Cette situation vaut pour le Canada dans son ensemble. »

Mais vous savez ce qui est le plus ironique dans le livre de Lisée ?  Probablement parce qu’il ne croit pas à ses propres mensonges, il conclut son chapitre sur la productivité du Québec en citant Henry Mintzberg, un professeur de management à l’université McGill.  Selon ce que raconte Lisée, pour Henry Mintzberg, ce qui a détruit l’économie américaine c’est…  la recherche de la productivité !  Lisée conclut en affirmant que dernière chose que le Québec doit faire pour s’enrichir, c’est de tenter de rattraper le niveau de productivité des Américains !

Donc Lisée passe un chapitre entier à nous dire que l’augmentation de la productivité au Québec c’est important, pour conclure en disant que trop de productivité…  tue l’économie !  L’art de se mettre la tête dans l’autruche…

À lire aussi:

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 384-0013383-0009, 380-0037

OCDE
OECD StatExtracts

Banque du Canada
Taux et statistiques

HEC Montréal
Productivité et prospérité au Québec: Troisième édition

Leave a Comment

Current day month ye@r *

Previous post:

Next post: