La gauche québécoise est-t-elle intolérable?

by Simon Leduc

Par Simon Leduc

Depuis le référendum de 1995, c’est le calme et la paix qui régnait sur la société québécoise. Cela a changé avec le conflit étudiant qui s’est transformé en une véritable crise sociale. La hausse des frais de scolarité a été un prétexte pour la gauche pour dénoncer et diaboliser son ennemi idéologique et le gouvernement Charest. Grâce à ce conflit, on a vu et constaté le côté sombre et obscur du mouvement progressiste. On peut se poser la question suivante : La gauche québécoise est-elle intolérable?

Amir Khadir : le représentant politique de la gauche radicale :

Depuis quelques semaines, les Québécois ont pu observé la vraie nature de l’unique député de Québec solidaire. Le député de Mercier ne se comporte pas comme un élu mais bien comme un voyou qui viole les lois en toute impunité. Après l’adoption de la Loi spéciale 78, le kamarade Khadir a lancé un appel à la désobéissance civile. Selon lui, une loi peut être violée si elle est injuste. Cet obscur personnage a une conception étrange de la démocratie. Dans ce dossier, l’attitude du solidaire est complètement inacceptable et doit être dénoncée. Dans une société de droit, tous les citoyens doivent respecter les lois votées par leur gouvernement démocratique. Sans cet état de fait, la Belle province serait plongée totalement dans l’anarchie. En fait, c’est peut-être ce que désire le co-chef de Québec solidaire. Cela ne me surprend pas de la part d’un parti qui a dans ses rangs, un mouvement qui prône la révolution armée : Gauche socialiste . Un élu du peuple qui se fait arrêter pour violation à la loi ne mérite pas de siéger dans le temple de la démocratie québécoise. Khadir est un être intolérable et radical. Le seul député de l’extrême-gauche québécoise devrait être destitué de son poste de député. Malheureusement, la procédure de recall n’existe pas au Québec contrairement en Californie et en Colombie britannique.

Richard Martineau : la cible privilégiée de la gauche :

Au début du conflit, Richard Martineau a clairement affirmé qu’il était contre la hausse des frais de scolarité. Celui-ci pense que l’État devrait couper dans sa cour au lieu d’endetter davantage les jeunes. Malgré cela, le chroniqueur du JDM est devenu la cible préférée de la frange radicale du mouvement étudiant. Comment peut-on expliquer cette haine envers lui? Il y a quelques semaines, M. Martineau a écrit sur son compte Twitter qu’il avait vu des jeunes boires de la sangria sur une terrasse à Outremont. Il voulait juste dire qu’il y a des jeunes qui sont issus de familles riches qui auraient les moyens de payer 50 sous de plus par jour pour leurs études. Depuis ce temps, Richard Martineau se fait harceler et menacer par une gauche qui ne tolère pas la critique. Dans ses chroniques, il dénonce les agissements des manifestants qui font de la casse à Montréal. Il ose critiquer les carrés rouges. Mon dieu, c’est un sacrilège. Richard Martineau mérite de se faire harceler jusqu’à sa demeure. Sur un site d’un groupe de musique, on peut y lire les mots suivants : TUER MARTINEAU, c’est dégueulasse. Richard Martineau a le courage de ses convictions et il ne doit pas céder à la haine et à l’intimidation d’une gauche extrémiste.

J’aurais pu donner d’autres exemples de dérapages de la part des progressistes comme la comparaison de Jean Charest avec Hitler. Cela démontre bien qu’une frange de la gauche québécoise (Québec solidaire, la CLASSE, la CLAC, certains artistes, les syndicats, Léo-Paul Lauzon, etc.) est intolérable. Elle ne tolère aucune critique contre les carrés rouges. Celle-ci doit comprendre que chaque Québécois a le droit à son opinion, même les gens de droite. Cette obscure gauche méprise la démocratie et l’état de droit. En tout cas, cette crise sociale aura permis aux Québécois de voir le vrai visage de ces supposés défenseurs de la veuve et de l’orphelin.

{ 1 comment… read it below or add one }

ntheo June 19, 2012 at 2:07 pm

qui a intérêt à déstabiliser cette ” gauche ” qui, somme toute, se contente de brasser des préjugés de l’ère soviétique ?
Ceux qui ont intérêt de créer une diversion, détourner l’attention du public des déboires du gouvernement néo-libéral dirigé par Jean Charest et de l’endettement gliobal, qui, dit-on, aurait atteint plus de 60 G. en neuf ans.
Sommes-nous en présence d’agents provocateurs qui se complaisent à créer une crise en adressant des menaces de mort à l’endroit de certains chroniqueurs ? Si oui, ça fonctionne à merveille. En créant une crise, on assomme toute une population en l’empêchant de voir clair dans les affaires publiques. Jean Charest va en profiter pour se faire ré-élire et continuer sa politique d’emprunt pour financer le Plan Nord.
Les profits s’en iront au secteur privé, les pertes s’en iront aux contribuables. Dans cet ordre d’idées, on en viendra à démanteler la Régie de l’assurance-maladie tout comme le gouvernement harper est en train de démanteler les services de surveillance de l’environnement.

Reply

Leave a Comment

Current day month ye@r *

Previous post:

Next post: