La démesure

by Philippe David

 

Par Philippe David

Je ne sais pas pour vous, mais moi je commence à en avoir ma claque de la rhétorique malhonnête des défenseurs des carrés rouges. Si on doit en croire cette rhétorique, le Québec serait une dictature digne de l’Allemagne nazie, le Chili de Pinochet ou la Syrie de Bachar el Assad. Curieursement, les comparaisons avec des régimes comme l’URSS, Cuba, la Chine Maoïste ou la Corée du Nord ne sont jamais évoquées. Aussi compare-t-on le combat des étudiants pour réduire leurs frais le plus près possible de zéro à la lutte des indiens contre le colonialisme britannique, des noirs sud-africains contre l’apartheid, des noirs américains contre les lois Jim Crow, des femmes pour l’égalité des sexes ou même des homosexuels pour le mariage gai et quoi d’autre encore! Suis-je le seul à trouver ces comparaisons outrageuses et d’une malhonnêté intellectuelle extrême?

Où sont les morts qui jonchent nos rues? Où sont les exécutés? Qui a été privé de son droit de s’exprimer pacifiquement? Qui a vu sa porte défoncée au milieu de la nuit pour avoir simplement exprimé une opposition aux hausses? Voyez comment ce genre de comparaisons discrédite le discours? Une fois qu’on le compare avec ce qui se passe réellement, il perd toute crédibilité. Comment oser comparer des régimes responsables de tant de morts avec notre gouvernement actuel ou comment comparer la cause des carrés rouges avec celles de gens dont les droits les plus fondamentaux ont été violés? C’est une insulte à tous ces gens. Chose certaine, dans ce débat, même Ghandi aurait probablement été tenté de lancer une godasse à Amir Khadir.

Les carrés rouges ont-ils de bonnes raisons de protester contre les hausses de frais? Absolument! Tout comme les contribuables ont raison d’être choqués par toutes les hausses de tarifs et de taxes qu’ils ont du subir de la part de M. Bonheur. La nouvelle taxe santé est révoltante, ainsi que l’augmentation de la TVQ et des tarifs comme les immatriculations. Toutes ces augmentations sont le symptôme d’un modèle social-démocrate à bout de souffle et qui a grand besoin de réforme. Le problème avec le socialisme est que l’argent d’autrui vient toujours à manquer, disait Margaret Thatcher. Le Québec bien près d’atteindre le point où il lui sera impossible de continuer d’emprunter pour continuer à financer des programmes qui ne peuvent pas être financés par les taxes et les impôts. C’est inévitable. On ne peut pas vivre à crédit indéfiniment.

Ce qui me chagrine des étudiants est qu’ils ont été endoctrinés par des profs marxistes et ne réalisent pas que le gel ou la gratuité n’est plus possible. Il croient que si seulement l’état était mieux géré, il y aurait suffisamment d’argent pour financer les universités sans piger dans leur poche, mais devinez quoi? Tous les gouvernements gaspillent et tous les gouvernements sont inefficaces. C’est la conséquence directe de dépenser l’argent des autres pour leur bénéfice. Il n’y a aucun intérêt à essayer d’en avoir le plus possible pour son argent quand cet argent n’est pas le nôtre et que nous ne le dépensons pas pour nous-mêmes. Bientôt, nous aurons de plus en plus de retraités pour consommer des services sociaux et de moins en moins de travailleurs pour payer des impôts. Comment croyez-vous qu’on va pouvoir payer pour nos beaux services sociaux? Contrairement à la croyance populaire, l’argent ne pousse pas dans les arbres. La seule solution sera de réduire radicalement la taille de l’état. Or, c’est loin d’être ce pourquoi les carrés rouges protestent.

Les carrés rouges et leurs supporteurs ne cessent de répéter que le Québec est en train de devenir un état policier fasciste et totalitaire. Il convient de rappeler aux gens de quoi aurait l’air un Québec sous la gouverne de Québec Solidaire  (Voir la critique de leur programme par Pierre-Guy Veer ici et ici).  Suffise de dire que des mesures comme le plafonnement du revenu, la confiscation des héritages et l’interdiction des publicités nécessitent un état totalitaire. Quant à la liberté d’expression, on n’a qu’à constater les abus que Gilbert Rozon, Richard Martineau, Sophie Durocher, et Jacques Villeneuve ont été les victimes pour s’apercevoir que pour la gauche, ce concept n’est bon que lorsqu’on pense comme eux et que si le camarade Amir Luther Ghandir venait qu’à prendre le pouvoir, que ses critiques se retrouveraient probablement « dans le nord »… derrière des barbelés…

{ 3 comments… read them below or add one }

Marie-Eve May 8, 2012 at 9:03 pm

Ok , mais sparce que si ils annulent la sessions tous les verts vont être victimes !!! La ministre ne devrait pas oublier que près de la moitié des étudiants dans chaques cégeps désirent retournée en classe. Mais des procédure comme le code morin leur nuient. Si on souhaite changer la règle des 2\3 le secrétariat ne l’accepte pas et sa prend 2/3 des voies pour le faires. De plus les représentant syndicaux pbrainwash les étudiants en jouants avec les procédures. UN exemple a mon cégep marie-victorin . Ils ont fait une proposition qui englobaient leur revendications avec le vote de grève de sorte que si on acceptait leur revendications on acceptait aussi la grève, de plus il n’y avait pas possibilité d’y inclure les modalitées de grève ( comme par exemple permettent aux finissants de retourner en cours !!! ). ON A UN GOuVERNEMENT QUI PRÉSENTE DES OFFRES QUI NE SONT MËME PAS à L’AVANTAGE DES ÉTUDIANTS..

Reply

Marie-Eve May 8, 2012 at 9:04 pm

Ok , mais sparce que si ils annulent la sessions tous les verts vont être victimes !!! La ministre ne devrait pas oublier que près de la moitié des étudiants dans chaques cégeps désirent retournée en classe. Mais des procédure comme le code morin leur nuient. Si on souhaite changer la règle des 2\3 le secrétariat ne l’accepte pas et sa prend 2/3 des voies pour le faires. De plus les représentant syndicaux brainwash les étudiants en jouants avec les procédures. UN exemple a mon cégep marie-victorin . Ils ont fait une proposition qui englobaient leur revendications avec le vote de grève de sorte que si on acceptait leur revendications on acceptait aussi la grève, de plus il n’y avait pas possibilité d’y inclure les modalitées de grève ( comme par exemple permettent aux finissants de retourner en cours !!! ). ON A UN GOuVERNEMENT QUI PRÉSENTE DES OFFRES QUI NE SONT MËME PAS à L’AVANTAGE DES ÉTUDIANTS..

Reply

Jacques L. June 9, 2012 at 12:39 pm

Bravo! Très bon article.
Il faut prévenir les gens de basculer dans les hallucinations de Délire Khadir.
Déjà que des artistes,professeurs et autres journalistes séparatistes veulent en faire le “messie pourfendeur des riches sioniste capitaliste .
p.s êtes vous Mr.David le fils de ” la” madame David?

Reply

Leave a Comment

Current day month ye@r *

Previous post:

Next post: