La cause indépendantiste

by David


Au cœur des mouvements indépendantistes: la lutte pour une plus grande autonomie face au pouvoir central, autrement dit une décentralisation totale des pouvoirs.

Quand on a appris la semaine dernière que certains Texans, exaspérés par leur gouvernement, étaient tentés par l’indépendance, la gogauche québécoise s’est gaussée en disant que seuls les imbéciles peuvent considérer que l’élection d’un président réfractaire à ses idées constitue un argument pour se séparer*

Par contre, si l’on se fie aux chiffres, les indépendantistes texans ont beaucoup plus d’arguments qui penchent en leur faveur que leurs camarades québécois.  Voici le niveau de centralisation de quelques gouvernements occidentaux:

Souverainiste

Entre 2000 et 2009, le gouvernement américain est le 2e qui s’est le plus centralisé (+10,4%), devancé uniquement par l’Allemagne. Inversement, le Canada est le 4e gouvernement qui s’est le plus décentralisé (-15,9%), devancé uniquement par la Suisse, l’Espagne et la Belgique.

Si l’on considère que le désir d’émancipation par rapport au gouvernement central est la pierre angulaire de tout mouvement souverainiste, force est de constater que les Texans ont plus d’arguments que les Québécois…  Après tout, si aux États-Unis il est impensable que le gouvernement fédéral renonce à exercer ses compétences en éducation, santé ou organisation des secours suite à un désastre naturel (pour n’en nommer que quelques-uns), au Canada ces responsabilités sont de juridiction provinciale depuis très longtemps.

Deux autres chiffres intéressants…

  • Pour chaque 1$ que le Texas envoie au gouvernement fédéral, le Texas reçoit 0,91$ de l’autorité centrale.
  • Pour chaque 1$ que le Québec envoie au gouvernement fédéral, le Québec reçoit 1,45$ de l’autorité centrale.

*Ne s’applique pas à l’élection d’un premier ministre on dirait…

Source:
OCDE
Government at a Glance 2011

Leave a Comment

Current day month ye@r *

Previous post:

Next post: