Poste de Veille

Rima-Demanins2-e1385330229181

Rima Demanins Joboury

 

Hélios d'Alexandrie répond à l'article de Rima Demanins Joboury, publié dans le journal Sada al Mashrek sous le titre «Qui sont les bons musulmans?». Rima est musulmane chiite d'origine libano irakienne, membre de l'Association Bridges dirigée par l'imam khomeiniste Ali Sbeiti.

Le texte d'Hélios sera publié en plus d'une partie. Il est passablement détaillé, dans un but d'éducation du public, vu les idées fausses et la désinformation véhiculées par Mme Demamins Joboury. Or c’est avec de telles idées que les musulmans se fanatisent, explique Hélios, et que les islamistes emprisonnent l’esprit des jeunes pour mieux les fanatiser.

Poste de veille s'engage à publier la réplique de Mme Demanins Joboury si elle en fait la demande. Voici l'article commenté par Hélios (cliquer sur l'image pour l'agrandir):

Sada-Demanins

Sada al Mashrek (PDF), 18 mars 2014, p. 22

Première partie

Madame Demanins Joboury,

J'ai lu avec attention votre article intitulé: Qui sont les bons musulmans? que vous avez publié récemment dans la revue Sada el Mashrek, organe semi-officiel du Hezbollah à Montréal.

Je dois à la vérité de corriger point par point plusieurs des affirmations que vous faites dans cet article, mon but est de rétablir cette vérité que vous avez malheureusement malmenée, peut-être sans le savoir, ayant en cette occasion répété les mêmes faussetés diffusées ici au Canada par toutes les organisations islamistes: celles qui sont liées au Hezbollah comme l'association «Bridges» dont vous êtes membre, comme celles qui dépendent des Frères musulmans et de la mouvance salafiste. Je reprendrai donc chacune de vos affirmations séparément:

Le choc consécutif aux attentats du 11 septembre 2001 n'a pas entraîné comme vous le dites une catégorisation des musulmans, mais plutôt une interrogation sur les raisons profondes qui ont conduit à ces attentats. La première question que les Occidentaux se sont posée a été celle-là: «Pourquoi nous haïssent-ils?» «Ils» ce sont les musulmans, non seulement ceux qui ont perpétré le crime, mais également ceux qui ont dansé dans les rues et qui ont distribué des friandises et des liqueurs, après l'effondrement des deux tours du WTC. Comme vous le savez, les Occidentaux se culpabilisent et se laissent culpabiliser très facilement, c'est pourquoi la seconde question qu'ils se sont posée a été celle-là: «Que leur avons-nous fait pour qu'ils nous haïssent à ce point?» La troisième qui découle naturellement des deux premières a été: «Que devons-nous faire pour qu'ils cessent de nous haïr?» 

Je vous ferai remarquer que les musulmans vivant en Occident n'ont subi, ni ce jour là, ni les jours qui ont suivi, aucun préjudice qu'il soit de nature physique ou morale; bien au contraire, les citoyens non-musulmans et les autorités occidentales, se sont fait un point d'honneur de rassurer les musulmans et de s'assurer qu'aucun préjudice ne leur soit porté. On a vu le Président Bush lui-même déclarer que l'islam est une religion de paix de tolérance et d'amour, alors que les manifestations de joie se poursuivaient dans les pays musulmans! À la cérémonie religieuse donnée en l'honneur des victimes, un imam a été invité à psalmodier des versets du coran, tout a été fait pour que les musulmans ne soient pas stigmatisés et ne se sentent pas rejetés.

Cette réaction on ne peut plus civilisée et humaine, pour ne pas dire humaniste, n'a été appréciée que par une petite minorité de musulmans. Plutôt que de garder le silence, d'autres se sont permis de jeter le blâme sur les victimes, en cela ils ont été rejoints par les tenants de la gauche radicale. Rares sont les musulmans lucides qui ont reconnu à cette occasion l'existence d'un grave problème au sein de la oumma islamique, l'immense majorité s'est réfugiée dans le déni le plus complet, la cause était entendue: l'Amérique et l'Occident n'ont que ce qu'ils méritent!

Le même scénario s'est reproduit lors des attentats de Londres, de Madrid, de Bali, de Moscou, de Beslan, de Bombay, de Boston, de Nairobi, sans compter les milliers d'attentats perpétrés contre les chrétiens un peu partout mais plus particulièrement au Pakistan, en Irak, en Syrie, en Égypte, au Nigéria. Autant d'occasions dont les musulmans n'ont pas su profiter pour faire leur examen de conscience, bien au contraire, puisqu'à chaque attentat le réflexe des leaders des organisations islamiques a été de dénoncer d'avance une hypothétique «réaction hostile» de la part des Occidentaux contre l'islam et les musulmans; inutile de préciser que lesdites réactions ne se sont jamais produites. Ce réflexe conditionné des leaders musulmans en dit long: pour dégager l'islam et les musulmans de toute responsabilité morale, ils se placent dans le rôle de la victime tout en clamant haut et fort, que l'islam est une religion de paix de tolérance et d'amour!

Il ressort de ce qui précède que les Occidentaux ont réagi aux attentats islamiques du 11 septembre en faisant publiquement leur examen de conscience, ils ont constaté bien évidemment que rien ne justifiait un tel déversement de haine et de violence. Leur attitude à l'égard des musulmans a été en tous points exemplaire, à aucun moment ils n'ont été tentés de voir dans les musulmans autre chose que des êtres humains comme eux. Avec le temps et la répétition des attentats et des tentatives d'attentats à grande échelle, ils se sont posés et continuent de se poser des questions sur l'idéologie religieuse qui motive les terroristes.    

La catégorisation des musulmans entre bons et mauvais n'est pas le fait des Occidentaux comme vous l'affirmez mais des musulmans eux-mêmes.

La catégorisation des musulmans entre bons et mauvais n'est pas le fait des Occidentaux comme vous l'affirmez mais des musulmans eux-mêmes. Un bon musulman est celui qui observe scrupuleusement les cinq piliers de l'islam, qui affirme la supériorité de l'islam sur toutes les autres religions, qui incite les autres musulmans à mieux pratiquer l'islam, qui cherche à convertir les mécréants à l'islam, qui fait tout ce qu'il peut pour que l'islam triomphe et qui pratique le jihad dans la voie d'Allah. On observe toutefois des variations dans la pratique, les musulmans rigoristes (wahhabites, salafistes, frères musulmans) adhèrent à la doctrine du walaa et du baraa soit une allégeance absolue (à Allah, à Mahomet, au coran, à la sunna, à la charia, au jihad etc.) et le rejet (de tous ceux qui ne font pas cette allégeance), les chiites khomeynistes en Iran, en Irak et au Liban sont également des rigoristes, ils possèdent eux aussi leur propre version du walaa et du baraa, ils l'expriment différemment en y incluant l'allégeance au Guide suprême. La majorité des musulmans n'est pas rigoriste, mais ce sont les rigoristes qui donnent le ton, les autres doivent suivre ou faire semblant, ou à tout le moins ne pas s'opposer, c'est à dire se taire, faute de quoi ils seront jugés comme de mauvais musulmans ou pire des mécréants (kouffars), ils seront par conséquent vivement dénoncés et stigmatisés, ils seront mis au ban de la communauté et auront même droit à des menaces de mort, comme tous les musulmans dissidents qui dénoncent l'intégrisme.

De leur côté les Occidentaux sont perplexes face à l'islam, ils ont face à eux deux courants majeurs: le libéral et l'intégriste, les deux se disent modérés et se réclament de l'islam authentique! 

Le libéral considère l'islam comme une religion personnelle, à vivre et à pratiquer en privé

Le libéral considère l'islam comme une religion personnelle, à vivre et à pratiquer en privé, pour lui la prière se pratique à la maison ou à la mosquée, l'observance des piliers de l'islam est une affaire personnelle, elle ne concerne aucunement la collectivité, le jeûne du Ramadan par exemple ne concerne que le jeûneur, celui qui choisit de ne pas jeûner est libre et n'a pas besoin de faire semblant de jeûner ou de se cacher pour manger. Pour lui la foi est dans le cœur et non dans les apparences, la relation avec Allah n'a pas besoin de privilèges ou d'accommodements, les devoirs et obligations concernent le croyant lui-même, non son entourage, et encore moins la société dans laquelle il vit, pour lui la modernité, la démocratie, l'égalité des sexes, la liberté d'expression et de religion ne sont pas incompatibles avec l'islam. Le courant libéral, bien que minoritaire se manifeste avec régularité, il a ses représentants qui sont régulièrement attaqués et menacés par les intégristes.

À l'opposé l'intégriste affirme que l'islam n'est pas uniquement une foi personnelle, c'est un mode de vie codifié et organisé rigoureusement

À l'opposé l'intégriste affirme que le musulman fait partie d'une communauté, la oumma islamique, il a donc des obligations incontournables, s'y soumettre ne relève pas de son libre choix, ne pas les remplir est blâmable et punissable, l'islam n'est pas uniquement une foi personnelle, c'est un mode de vie codifié et organisé rigoureusement, la vraie foi consiste à s'y soumettre et à inciter les autres à l'observer; à cet effet les cinq prières quotidiennes et le jeûne du Ramadan sont obligatoires, ne pas s'y conformer est une transgression punissable, celui qui s'y soustrait est un mécréant et celui qui s'obstine dans la non-observance est un apostat, un rebelle, voire un traître à la communauté et à l'islam. De la même façon le voile islamique est obligatoire pour les femmes, le voile mais également la robe qui ne doit rien laisser deviner de la forme du corps, la femme qui ne se conforme pas à cette tenue doit être rappelée à l'ordre et sermonnée régulièrement, voire harcelée et violentée jusqu'à ce qu'elle se soumette, elle doit également affirmer haut et fort que c'est son choix de s'habiller de cette façon. Les filles impubères doivent être conditionnées physiquement et psychologiquement à porter le voile dès la plus tendre enfance, attendu qu'elles peuvent être mariées. Elles doivent porter le voile à la maison si elles se trouvent en présence d'un homme.

Sbeiti-taclif-2

L’imam khomeiniste Ali Sbeiti préside à la cérémonie du «taclif» où des fillettes de 8-10 ans adoptent le voile et jurent sur allah de tout faire pour le porter le restant de leur vie.

L'islam n'est pas seulement une religion personnelle et un mode de vie codifié, il est également un programme politique et un mode d'organisation de la société, les musulmans en Occident doivent par conséquent vivre en communauté à l'intérieur de laquelle ils doivent appliquer la loi islamique (la charia) autant que faire se peut. Quand ils sortent de la communauté pour travailler, étudier, faire leurs emplettes, se promener, ils doivent exhiber leur identité islamique, tant sur le plan vestimentaire que sur celui des observances et du comportement, la prière sur le lieu de travail est donc obligatoire, il est défendu de plaisanter et de rire, la mixité entre hommes et femmes est prohibée. Vivre en Occident constitue un défi pour le musulman observant, c'est pourquoi la communauté doit se mobiliser pour faire valoir ses «droits» particulièrement celui d'observer et d'appliquer rigoureusement l'islam dans l'espace public occidental. L'exercice de ces «droits» implique de la part de la société de s'adapter, de faire en sorte que ses valeurs, ses principes, ses lois, ses règlements, ses conventions, ses us et coutumes soient assouplis, modifiés, contournés ou simplement ignorés en faveur de l'islam tel qu'il doit être vécu et pratiqué par les musulmans intégristes. L'islam étant la seule vraie religion, et la charia étant la loi d'Allah, les autres religions, les lois et les chartes occidentales n'ont qu'un caractère temporaire, elles seront un jour remplacées par l'islam et la charia

Entre le courant libéral et le courant intégriste il existe un courant que l'on peut qualifier d'intermédiaire, il regroupe la majorité des musulmans mais il est pratiquement silencieux, ils n'ose pas se réclamer du courant libéral de crainte d'être stigmatisé par les intégristes, d'autant plus qu'il constate que c'est le courant intégriste qui est perçu comme le représentant légitime de tous les musulmans.

Rima-demanins-hezbollah-la-presse

Rima Demanins Joboury fait l'apologie du Hezbollah libanais, présenté comme un mouvement de libération nationale.(Source: La Presse, 1 juin 2013)

Tous ces courants se présentent comme modérés! Les extrémistes eux seraient dans une «catégorie à part», étant ceux qui font usage de violence et qui pratiquent le terrorisme. La réalité toutefois est différente, les intégristes sunnites ont des liens très étroits avec al Qaïda, et les intégristes chiites dont vous faites partie sont organiquement liés à l'organisation terroriste du Hezbollah, qui est lui-même une créature des ayatollahs d'Iran.

les intégristes en Occident sont les créatures de ceux qui les financent, c'est à dire les pays pétroliers détenteurs de capitaux

Il ressort de cette réalité que l'Occidental moyen se trouve devant un dilemme, lequel de ces courants constitue l'islam authentique? Les gouvernements eux ne s'embarrassent pas de ces subtilités, pour eux le courant intégriste, soit le plus fort et le plus bruyant, est celui qu'ils doivent écouter et avec lequel ils doivent transiger, d'autant plus qu'il est solidement appuyé par une multiplicité d'organismes islamiques internationaux lesquels s'abreuvent à quatre sources principales: l'Iran des ayatollahs, l'Arabie saoudite des wahhabites, le Qatar et les Frères musulmans, les deux dernières étant intimement liées. L'idéologie et le programme des intégristes ne peut par conséquent être dissocié de ses sources, en fait les intégristes en Occident sont les créatures de ceux qui les financent, c'est à dire les pays pétroliers détenteurs de capitaux, avec lesquels les gouvernements occidentaux, dont le Canada, entretiennent des liens économiques privilégiés.

En abordant le prochain point, je me sens obligé de vous dire que vous répétez le même mantra, pour ne pas dire le même refrain que les Frères musulmans ne cessent de chanter depuis des années, à savoir que la définition des bons et des mauvais musulmans a été établie par l'autorité coloniale, quand les pays musulmans vivaient sous le joug impérialiste. Je vous cite: «les bons musulmans étaient ceux qui acceptaient de se soumettre aux règles et normes définies par la présence coloniale; les mauvais étaient bien évidemment ceux qui se révoltaient contre l'organisation des choses et réclamaient une reconnaissance de leurs droits.» En d'autres termes, le rejet du voile islamique, le mouvement féministe dans les pays musulmans, le mouvement appelant à davantage de démocratie et de laïcité, bref tout ce qui a trait à la réforme au sein de l'islam, a été créé de toutes pièces dans les pays musulmans par les puissances coloniales.

Vous n'apportez aucun fait et aucun argument en appui à votre affirmation, vos lecteurs doivent par conséquent vous croire sur parole comme vous-même l'avez probablement cru. Je tiens à vous dire que vos affirmations sont fausses et ne reflètent en aucune façon la réalité historique et sociale de l'époque dont vous parlez, ce que vous dites est à l'opposé de ce qui s'est passé, lisez bien ce qui suit:

Le courant réformiste au sein de l'islam, au dix-neuvième et au vingtième siècle, a été initié et poursuivi par des personnalités religieuses de premier plan: Gamal el Dine el Afghani, Abd el Rahman el Kawakeby, Mohammed Abdou, Ali abd el Razik, Ahmed Lotfi el Sayed, Taha Hussein, Nasr Hamed Abou Zeid, Gamal el  Banna, pour ne nommer que les plus importants. Ils ont tous en commun de longues études religieuses dont une bonne partie s'est faite à el Azhar au Caire, leur foi et leur pratique de l'islam ne peuvent donc être mises en doute; mais il s'agissait aussi de penseurs de premier plan, de gens qui ont longuement réfléchi sur l'état déplorable des nations islamiques, et sur la possibilité de faire évoluer la compréhension et la pratique de l'islam pour permettre aux nations musulmanes de rattraper leur retard. Ce que ces penseurs visaient c'étaient une renaissance du monde arabo-islamique à travers l'instruction publique, la maîtrise des sciences, la prospérité économique, l'abolition du pouvoir absolu et l'amélioration de la condition humaine des classes les plus pauvres. C'est pourquoi ils ont plaidé pour l'instruction de la femme, cette idée a été traduite avec éloquence par un poète du nom de Hafez Ibrahim dans ce vers fameux: «La mère est une école, si vous la formez, vous formez un peuple aux assises solides.» Ces gens ont parfaitement compris que l'analphabétisme, l'ignorance et la réclusion de la femme étaient un obstacle insurmontable au progrès. Ces religieux ne se gênaient pas pour dire que l'observance religieuse obsessionnelle, l'obéissance aveugle aux fatwas des religieux, l'attachement aux vieilles coutumes, l'exclusion des femmes de l'espace public, faisaient des musulmans des peuples ignorants et faibles, et des pays islamiques des proies faciles pour les colonisateurs. Et ils n'avaient certainement pas tort vu que les Anglais et les Français sont parvenus à coloniser sans trop d'efforts la presque totalité du monde arabo-musulman.

Mais aussi étrange que cela puisse paraître, contrairement à ce qui se dit et se colporte aujourd'hui, cette colonisation a été largement bénéfique pour les colonisés. Les régimes de servage et de corvée ont été abolis, le niveau d'instruction s'est élevé, la situation économique des pays colonisés s'est considérablement améliorée en partie à cause de la modernisation des infrastructures et des moyens de communications, la production agricole a fait un bond grâce entre autres aux travaux d'irrigation, construction de barrages, creusement de canaux etc. La mortalité infantile a diminué drastiquement grâce aux mesures d'hygiène, à la modernisation des infrastructures sanitaires et à la vaccination des enfants, avec comme résultat une croissance démographique sans précédent. 

Les puissances coloniales n'ont pas agi bénévolement, mais contrairement à l'occupant musulman ottoman qui a plongé les pays arabes dans un marasme inimaginable, les Anglais et les Français ont exploité intelligemment leurs colonies. En y créant la prospérité ils faisaient d'une pierre deux coups, ils engrangeaient de nouvelles richesses et se donnaient de nouveaux marchés pour écouler les produits de leurs industries. Bien que le colonisateur s'est réservé la meilleure part, la prospérité s'est faite dans les deux sens. C'est paradoxalement cette prospérité des pays colonisés, pour ne pas dire cette renaissance qui a permis au peuple égyptien de se relever, de s'organiser et de réclamer son indépendance.

La lutte non armée a été menée par le peuple, les foules ont manifesté pacifiquement, les hommes de toutes les classes sociales et de toutes les religions ont manifesté ensemble, les femmes qui se sont volontairement dévoilées à cette occasion ont participé pour la première fois aux manifestations, elles ont bien entendu été vertement critiquées par les religieux, leurs maris ont été insultés et traités avec mépris par les imams des mosquées, mais elles et leurs maris ont passé outre aux injures. Deux femmes se sont particulièrement distinguées dans cette lutte: Safia Zaghloul et Houda Chaaraoui, cette dernière est la première et la plus vénérée des féministes égyptiennes, celle qui est aussi la plus vilipendée par les islamistes. C'est grâce à elle que les femmes ont pu obtenir une amélioration de leur condition, à savoir: l'abolition du voile islamique obligatoire, le droit de s'instruire et d'entrer à l'université, le droit de demander le divorce en cas de maltraitance conjugale, l'interdiction du mariage des filles en deçà de l'âge de 14 ans et finalement le droit de vote et de se porter candidate aux élections.

 

HudaShaarawi&SafiaZaghlul

Houda Chaaraoui et Safia Zaghloul en 1947

Les féministes musulmanes se sont donc battues sur deux fronts: contre les religieux et contre la puissance coloniale, elles étaient par conséquent de «mauvaises musulmanes» pour les religieux et des rebelles dangereuses pour l'occupant. Les «bonnes musulmanes», elles, sont restées sagement récluses à la maison, soumises aux diktats de leur mari et aux fatwas des religieux, ces derniers mangeaient dans la main du Khédive ou du roi, lequel était soumis à la puissance coloniale.  

Les musulmanes d'aujourd'hui ont une dette à l'égard de ces féministes, en particulier sur le plan de l'instruction et de la possibilité de sortir du domicile non-accompagnées. Les islamistes heureusement n'ont pas réussi à les ramener complètement à leur état d'ignorance et de dépendance antérieur, ce n'est pas faute d'avoir essayé, s'ils le pouvaient ils les ramèneraient définitivement «au bercail» et au niqab ou à la burqa comme les talibans l'ont fait avec les Afghanes.

Mais le courant réformiste incarné par les réformistes et les patriotes, femmes et hommes, a été fortement combattu par le courant réactionnaire, ce dernier ne se préoccupait aucunement de l'état déplorable des pays musulmans, il se battait uniquement pour le maintien de toutes et chacune des traditions séculaires liées à l'islam, toute dérogation aux anciennes coutumes était assimilée à de l'incroyance (kufr), c'est ainsi que l'instruction des filles et le rejet du voile ont été violemment dénoncés. Les réactionnaires ont perdu plusieurs batailles face aux réformistes, mais ils ne se sont pas avoués vaincus, même quand le califat ottoman qui avait tant fait de mal aux peuples arabes, s'est effondré. C'est à cette époque, les années 1920, que l'islam politique est né, avec l'organisation des Frères musulmans en Égypte qui a inspiré par la suite tous les autres mouvements islamistes incluant le khomeynisme.

Dans les années 1920 et 1930 les Anglais, désireux d'affaiblir le mouvement patriotique égyptien, ont soutenu et encouragé les Frères musulmans en Égypte, conformément à leur politique qui consiste à diviser pour régner. Ils sont parvenus de cette façon à favoriser les dissensions au sein de la société égyptienne. Leur alliance avec les Frères musulmans a duré jusqu'à la veille de la Seconde guerre mondiale, les Frères musulmans par la suite se sont alliés en secret avec l'Allemagne nazie. Lorsque les troupes allemandes ont envahi le nord-ouest de l'Égypte, les Frères musulmans ont organisé des manifestations violentes en faveur des nazis, ils ont aussi posé des bombes et assassiné des hommes politiques, dévoilant ainsi leur caractère terroriste.

Au regard des réformateurs mentionnés plus haut, des personnages comme Aboul ala Mawdoudi, Hassan el Banna, Sayed Qotb, l'ayatollah Khomeiny et Youssef el Qaradawi, font figure de réactionnaires violents. Leur fanatisme religieux et leur haine pour tout ce qui n'est pas l'islam, ont conduit les nations islamiques au bord de l'effondrement, leur idéologie commune mène les pays arabo-musulmans à leur perte. Les résultats sont évidents pour tous, il suffit de jeter un coup d'œil sur ce qui se passe au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour réaliser l'ampleur de la catastrophe.

Il ressort des faits historiques que ce que vous affirmez avec désinvolture est totalement faux: ceux qui imposaient une observance stricte de l'islam et qui plaidaient pour le voile islamique et la réclusion des femmes ont été soutenus par la puissance coloniale qui voyait en eux des alliés précieux contre les réformistes patriotes. Ces derniers ont été arrêtés, jugés, emprisonnés et bannis pour avoir réclamé l'indépendance de l'Égypte. 

Il est malheureux de constater à quel point le mensonge est chevillé au corps des islamistes: ils font appel au sentiment anticolonialiste des gens, et, en inversant les faits, ils attribuent le rejet du voile islamique à l'influence corruptrice du colonialisme, alors que c'est tout le contraire. Le voile islamique et tout ce qui lui est associé, consacraient l'arriération des musulmanes et par le fait même l'ignorance et l'arriération de l'Égypte, il rendait plus aisé la domination des Égyptiens par les Britanniques. 

Je vous cite encore une fois: «…afin d'être considéré modéré, un musulman doit pratiquer sa religion de la même manière qu'un chrétien le fait, s'assurer de ne manifester aucune appartenance religieuse par son code vestimentaire et adopter un train de vie semblable à celui des Occidentaux.» Tel que je l'ai démontré plus haut la notion de modération dans l'islam est d'origine islamique et non occidentale, à cet effet tous les musulmans vivant en Occident se considèrent comme modérés, les autorités gouvernementales et judiciaires qui n'y comprennent vraiment rien n'y accordent par ailleurs aucune importance. En fait la préoccupation ou plutôt l'inquiétude affecte plutôt le citoyen ordinaire; face aux nouvelles réalités, celles d'un islam envahissant, revendicateur et agressif, il se pose de sérieuses questions telles que: 

Pourquoi les musulmans qui ne forment que 3% de la population du Québec causent-ils tant de problèmes?

Pourquoi, contrairement aux musulmans, les immigrants qui professent d'autres religions non-chrétiennes telles que l'hindouisme, le bouddhisme, l'animisme, le bahaïsme, etc. s'intègrent facilement, ne font jamais parler d'eux et ne réclament aucun privilège? 

Pourquoi les musulmans exigent de la société québécoise qu'elle fasse en leur faveur des concessions unilatérales sur des principes fondamentaux comme la neutralité de l'espace public et l'égalité des sexes? 

Pourquoi les musulmans insistent tant à créer des barrières qui les mettent à l'écart des non-musulmans en général et de la société d'accueil en particulier?

Pourquoi les musulmans ne se montrent jamais reconnaissants envers la société québécoise qui les a généreusement reçus, et pourquoi se montrent-ils régulièrement agressifs et méprisants à l'égard des Québécois?

Pourquoi les musulmans qui n'adhèrent pas à l'intégrisme n'osent pas tenir tête aux intégristes et les laissent parler en leur nom?

Pourquoi à notre époque tous les terroristes sont musulmans, et bien que les musulmans ne soient pas tous terroristes, pourquoi ne dénoncent-ils pas avec force les actes terroristes commis au nom de l'islam?

Comme vous pouvez le constater, il s'agit bien plus que du «train de vie» et du «code vestimentaire», autrement dit du voile islamique, d'ailleurs les hommes musulmans affichent rarement un code vestimentaire, mais cela ne les motive pas plus à s'intégrer. Il est important de rappeler que les Québécois ne se préoccupent nullement des diverses croyances et pratiques religieuses, tant qu'elles ne causent pas de problèmes, les fidèles des autres religions se sentent libres et à l'aise de croire et de pratiquer comme ils l'entendent. La source du problème se situe plutôt dans l'idéologie islamiste, c'est elle qui érige des barrières psychologiques, culturelles et relationnelles. Les islamistes rejettent la société occidentale tout en exigeant d'elle qu'elle se plie à leur volonté; en contrepartie ils ne concèdent rien, au contraire toute concession de la part de la société d'accueil ouvre la porte à de nouvelles exigences.  

Quand vous dites et je vous cite: «on exige des musulmans une assimilation complète, non une intégration…», vous mentez effrontément, personne n'a exigé des musulmans ni d'aucun autre groupe d'immigrants de s'assimiler complètement, tous les groupes conservent leur culture d'origine et bien souvent la développent, ils l'offrent aux Québécois, mais en même temps ils acceptent la culture québécoise qui leur est offerte, de cette façon il y a échange, ils enrichissent et s'enrichissent par la même occasion. Voyez-vous le secret réside dans l'ouverture, dans l'égalité et dans le respect de l'autre. Tant que les islamistes, dont vous faites partie, rejetteront la société québécoise, tant qu'ils mépriseront les adeptes des autres religions et tant qu'ils s'accrocheront à tous et chacun de leurs particularismes, ils ne devront pas s'étonner de rencontrer des problèmes.

Autre citation: «L'islam, contrairement à la pensée générale, n'est pas une religion radicale: elle enjoint ses adeptes à tenir compte du contexte social et de la situation dans laquelle ils se trouvent ainsi qu'à faire certains compromis». Avant de vous féliciter pour ces belles paroles je vous demanderai de m'apporter les références religieuses en appui à ce que vous affirmez, ne m'apportez pas des versets du coran de la période mecquoise, ils ont tous été abrogés par les versets de la période médinoise. Apportez-moi plutôt les directives de l'ayatollah Khomeiny sur le sujet, sauf erreur ses commandements font office de loi pour les chiites d'Iran d'Irak et du Liban. Mais vous pouvez faire encore mieux, apportez-moi des exemples concrets d'islamistes qui ont fait des concessions ou de vrais compromis.

Parce que, voyez-vous, les faits ne corroborent pas vos paroles, j'en veux pour exemple le récent rapport de l'ONU sur la persécution religieuse en Iran. Ce rapport révèle que depuis l'avènement du président Rouhani les Iraniens chrétiens sont plus persécutés que jamais: l'Iran continue d'emprisonner les chrétiens à cause de leur foi, les offices religieux qui se tiennent dans les maisons et les chrétiens évangéliques sont désignés comme des «menaces à la sécurité nationale». Au moins 49 chrétiens parmi 307 personnes appartenant à des minorités religieuses, croupissent en ce moment dans les prisons. Le rapport reproche au régime iranien son hostilité à l'égard des juifs, des bahaïs, des zoroastriens et des musulmans derviches. Selon ce rapport, la situation des chrétiens et des autres minorités religieuses est grave parce que l'État iranien repose sur la charia! Vous avez bien compris, c'est à cause de la charia que les chrétiens sont persécutés, c'est cette même charia que les islamistes avec qui vous êtes associée veulent imposer au Québec. 

Commencez donc par vous dissocier ouvertement des crimes des ayatollahs avant de faire des reproches au Parti québécois

Vous vous plaignez amèrement parce que le gouvernement du Québec veut adopter une loi qui interdit à tous ses employés et pas uniquement aux musulmans le port de signes religieux ostentatoires durant les heures de travail, mais vous trouvez sans doute normal et acceptable que les ayatollahs que vous vénérez jettent en prison des chrétiens, des bahaïs, des zoroastriens et des musulmans derviches simplement à cause de leur foi! Sauf erreur aucune manifestation de musulmans chiites ne s'est tenue au Québec pour dénoncer ces persécutions qui pourtant sont bien connues! Commencez donc par vous dissocier ouvertement des crimes des ayatollahs avant de faire des reproches au Parti québécois. Comme l'a si bien dit Jésus-Christ: avant d'ôter la paille dans l'œil du voisin commencez par enlever la poutre dans votre œil. 

J'aimerai à présent connaître votre réaction à ce qui suit, lisez bien cette nouvelle que la revue Paris Match vient de publier: 

«Le 8 mars dernier, une trentaine d'Irakiennes sont descendues dans les rues de Bagdad pour protester contre un projet de loi sur la famille étudié par leur Parlement. Déposée à quelques semaines des élections législatives du 30 avril, cette loi Ja'afari, du nom de l'imam chiite Ja'afar al-Sadiq, risque d'attiser encore plus les tensions déjà vives entre laïques et islamistes.

Le texte, vivement critiqué par les militants laïques irakiens et des ONG internationales, autorise les petites filles à divorcer dès l'âge de 9 ans, suggérant qu'elles pourront se marier avant cet âge, et donne automatiquement la garde des enfants à l'époux. Une autre clause oblige les femmes à avoir des relations sexuelles avec leur mari à chaque fois que ce dernier l'exige. Deux passages encadrent strictement l'allaitement des bébés ou le nombre de nuit qu'un polygame peut passer avec chacune de ses épouses.

«C'est un crime contre l'humanité», martelait Hanaa Edwar, citée par Reuters. «Les filles n'auront plus le droit de vivre une enfance normale», a ajouté cette militante, directrice de l'association de défense des droits des femmes Al-Amal. L'envoyé de l'ONU en Irak, Nickolay Mladenov, a aussi fermement condamné la législation sur Twitter, affirmant qu'elle mettait «en danger les droits constitutionnels des femmes et les engagements internationaux» de l’Irak.»

Cette loi Ja'afari est tirée de la charia, comment concilier ce projet de loi avec vos affirmations à l'effet que: «L'islam, contrairement à la pensée générale, n'est pas une religion radicale…» À vous en croire une religion qui autorise le mariage des filles de moins de neuf ans n'est pas une religion radicale! Une religion qui prive automatiquement les enfants de leur mère en cas de divorce n'est pas une religion radicale! Une religion qui oblige les femmes à des rapports sexuels avec leur mari à chaque fois que ce dernier l'exige, n'est pas une religion radicale! Pouvez-vous dans ce cas m'expliquer ce que vous entendez par religion radicale?

Ce sont les idées fausses qui sont la source des problèmes, ces idées ressassées à satiété deviennent en peu de temps des évidences, voire des vérités immuables. Ancrées dans l'esprit des gens elles conditionnent toutes leurs pensées et même leur comportement. C'est avec de telles idées que les musulmans se fanatisent et courent au suicide dans des conflits sanglants dont ils ne savent rien. C'est avec de telles idées que les islamistes emprisonnent l'esprit des jeunes pour mieux les fanatiser et les amener à rejeter l'autre et à lui témoigner de la haine.

Votre article est plein de ces idées fausses que je me suis efforcé de relever et de corriger. Mon objectif est de rectifier pour le bénéfice du public, la désinformation que vous avez consciemment ou inconsciemment diffusée. Le travail n'est pas terminé, mes commentaires se poursuivront dans une prochaine chronique. Restez en contact.

Hélios d'Alexandrie

Lire la suite : Deuxième partie

 

Lire aussi, par Hélios d'Alexandrie :

Le voile islamique aux origines de l'islam et aujourd'hui

Les militantes islamistes ou comment les esclaves sacralisent leurs chaînes, par Hélios d'Alexandrie

Les islamistes et le sexe des femmes

La malédiction islamiste au Moyen-Orient

Chute du monde islamique – Le Moyen-Orient en crise (entretien avec Hamed Abd el Samad)

 

Lire aussi:

Québec : l'imam Ali Sbeiti, champion du multiculturalisme

Réponse de Poste de veille à Ali Sbeiti et Hussein Hoballah

L'organe de jonction entre l'Iran des ayatollahs et le Québec

Québec : Des sympathisants du Hezbollah à Montréal

Iran : Fatwa pédophile de Khomeini sur le site du Guide suprême Ali Khamenei

{ 0 comments }